Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Brice Noval

  • Une publication dans REALPOETIK

    Mon texte "40 ans après" (ou Retrouvailles) vient de paraître sur la revue en ligne REALPOETIK n° 12.

    http://www.realpoetik.fr/2017/05/10/brice-noval-40-ans-apres/

     

     

    Lien permanent Catégories : Publications 0 commentaire
  • Journal 17

    UN VOISIN CÉLÈBRE

     

    dans le bulletin

    paroissial

    glissé dans ma boîte aux lettres

    je découvre qu'un écrivain

    connu

    gros vendeur de livres

    habite un village

    des environs

     

    une petite localité

    dont le nom n'est pas cité

    où il s'est installé

    récemment

    avec sa famille

     

    il dit avoir trouvé

    loin de Paris

    le calme

    la sérénité

    et un excellent accueil

    dans la campagne bourguignonne

     

    à la lecture de ses propos

    pleins de justesse

    et de bon sens

    je ressens de la sympathie

    pour cet auteur

     

    mais les seuls titres

    de ses romans

    me dissuadent

    de les ouvrir

     

     

    Lien permanent Catégories : Journal 0 commentaire
  • Journal 16

    LEÇON D'ANGLAIS

     

    chaque fois que je vais

    à Seattle

    pour raisons familiales

     

    je rends visite

    à la superbe et vaste librairie

    The Elliott Bay Book Company

    au numéro 1521

    de la 10e avenue

     

    pour acheter

    un nouveau livre de poésie

    de Charles Bukowski

    en langue originale

    dont je déchiffre

    les difficultés

    à l'aide de mon vieux

    LAROUSSE anglais/français

     

    je n'ai plus besoin

    d'ouvrir le dico

    pour connaître le sens

    du mot whore *

    que l'auteur utilise

    plus souvent

    que la moyenne

     

    ce sont la vertu

    de la répétition

    du mot whore

    et les nombreux exemples

    de ce terme employé

    dans des phrases concrètes

    qui m'ont permis

    de le mémoriser

     

    comme quoi il ne sert à rien

    d'apprendre par cœur

    des listes de vocabulaire

    qui vous ressortent

    aussitôt

    de la tête

     

    je ne connais pas de meilleure

    méthode qu'une lecture

    studieuse de Bukowski

    pour améliorer son niveau

    en anglais

     

    * whore : putain

     

     

    Lien permanent Catégories : Journal 0 commentaire
  • Une publication dans Lichen 14

    Le texte "NOREV" a été publié dans le numéro 14 de la revue en ligne LICHEN (mai 2017) :

    http://lichen-poesie.blogspot.fr/p/brice-noval.html

     

    Lien permanent Catégories : Publications 0 commentaire
  • Journal 15

    BROUILLONS

     

    récemment j'ai vu resurgir

    son nom

    au sommaire de 2

    ou 3 revues de poésie

    et après avoir lu quelques-uns de ses textes

    d'une facture assez classique

    je trouve qu'elle s'est beaucoup

    améliorée

    depuis la lointaine époque

    où elle m'avait montré

    ses premiers poèmes

    peu convaincants

     

    mais mes propres textes

    ne devaient pas l'être

    davantage

     

    cette lecture m'a rappelé

    une brève période

    tourmentée

    pendant laquelle nous vécûmes une relation

    d'une grande médiocrité

    dont j'étais certainement

    autant responsable

    qu'elle

     

    le soir j'allais la rejoindre

    dans son appartement

    juste au-dessus d'un restaurant

    qui existe encore

     

    une bonne table lyonnaise

    où l'on sert des plats traditionnels

    de qualité

     

    Lien permanent Catégories : Journal 0 commentaire
  • Journal 14

    POÈTES CHINOIS

     

    ma santé fragile

    et notamment mes affections

    oto-rhino-laryngologiques

    à répétition

    m'ont privé d'une carrière

    de poète chinois

    du 8e siècle

     

    en ces jours d'hiver le mercure

    du thermomètre descend

    jusqu'à moins 10 degrés

    (moins 18 en température ressentie

    avec le vent du nord)

    et je m'imagine mal

    vivant solitaire

    dans une hutte de branchages

    au sommet de la montagne

     

    même en été

    comment pourrais-je dormir

    à même le sol

    sur une couche de feuilles

    une pierre plate pour oreiller

    dévoré par les insectes

    alors qu'adolescent je ne supportais

    déjà pas le camping

    de Palavas-les-flots

     

    mon féroce appétit

    ne saurait se satisfaire

    d'un bol de riz quotidien

    qu'il me faudrait mendier

    de surcroît

     

    et si je bois à l'occasion

    un doigt de marc de Bourgogne ou une bière

    blonde

    je ne pourrais pas m'enivrer

    des nuits entières

    de vin de sorgho

    ou d'alcool de riz

    sans éprouver les symptômes

    d'une crise hépatique

    tels que nausées

    et vomissements

     

    disons-le tout de go

    je n'ai pas la constitution physique

    requise

    pour de telles épreuves

     

    ni le goût de la solitude

    et d'une vie frugale

    sans confort

     

    et sans une provision de médicaments

    contre la toux l'angine

    la rhinite la sinusite

    et la bronchite

    chronique

     

    voilà pourquoi je n'écris pas d'aussi bons poèmes

    que les poètes chinois

    du 8e siècle

    voilà pourquoi je n'écris pas de poésie

    du tout

     

    j'ai plutôt le profil

    d'un mandarin

    qui lit bien à l'abri

    et bien au chaud

    les poèmes de LI PO

     

     

    Lien permanent Catégories : Journal 0 commentaire
  • Journal 13

    HÔTEL-DIEU

     

    je n'ai gardé aucun souvenir

    du jour précis de ma naissance

    et suis obligé de faire confiance

    au registre d'état civil

     

    selon lequel je serais né

    un 14 juillet du siècle précédent

    à l'Hôtel-Dieu

    de Lyon

     

    dans ce vénérable hôpital

    fondé en l'an 542

    où Rabelais exerça la médecine

    où le chansonnier Pierre Dupont vit le jour

    et qui a été récemment fermé

    transformé

    en hôtel de luxe

    par un maire de gauche aux idées libérales

     

    résumons-nous

    je suis né dans une maternité

    qui n'existe plus

    au cœur d'un hôpital

    qui n'existe plus

    mes géniteurs

    ne sont plus

     

    je garde précieusement

    mon acte de naissance

    établi par l'officier d'état civil

    de la mairie du 2e arrondissement

    attestant que je suis né de Marius François

    et de Félicité

    à une heure du matin

     

    (le document ne précise pas

    que la nuit fut orageuse

    comme le racontait ma mère

    à tout le voisinage)

     

    c'est la seule preuve matérielle

    de ma naissance

    de ce jour à marquer

    d'une pierre blanche

    où s'enclencha

    le compteur

    de ma longévité

    programmée

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Journal 0 commentaire